Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
GR10.fr - La grande traversée des Pyrénées
29 juin 2011

E1-J3

retour

jour3

suivant

 

0132

Du Bivouac au Col des Veaux

Jeudi 20 avril 2006. Après une nuit agréable au bivouac, nous nous réveillons sous un ciel azuré, tout en ressentant une fraîcheur matinale. Tout en espérant que la météo reste clémente, nous sommes conscients que le programme qui nous attend pourrait devenir très complexe en cas de changement climatique. Nous prenons donc la direction du Col des Veaux, en empruntant un chemin de terre étroit et relativement plat — juste ce qu'il faut pour "chauffer la machine".

Alors que nous approchons du Col des Veaux, une petite méprise nous entraîne quelques dizaines de mètres en territoire espagnol. Un léger détour involontaire, en somme !

0133

0137

   

Du Col des Veaux aux Falaises de Zarkambide

Une fois le Col des Veaux et le Col de Méhatché franchis, nous sommes émerveillés par la majestueuse beauté des falaises de Zarkambide. Ici, les vautours règnent en maîtres, planant au-dessus de ce paysage à la fois splendide et vertigineux.

0140
"Les Falaises de Zarkambide"

 

 

 

navarre

"La seconde des trois
provinces du pays basque"

0141
"Le paradis des vautours"

0149
"Descente difficile"

Des Falaises de Zarkambide à Bidarray

La section du trajet menant aux falaises de Zarkambide jusqu'à Bidarray, niché au fond d'une vallée plus encaissée que celle de Sare, s'avère surprenante en termes de difficulté. La descente abrupte au pied des falaises, couplée à un sentier jonché de pierres, entrave notre progression et réduit notre vitesse. Pour compliquer les choses, ce segment du GR10 nous mène à une route qui, bien qu'ombragée et pittoresque, semble s'étirer indéfiniment. Épuisés et avec les pieds enflammés, nous atteignons Bidarray un peu déconcertés par les défis que semble promettre la suite de notre périple. Nous choisissons de prendre notre repas sur les hauteurs du village, cherchant à retrouver notre moral.

0153
"Arrivée interminable sur Bidarray"

0155
"vertes prairies..."
0159
"Bidarray enfin"

0157
"Doucement mais sûrement"

 

De Bidarray au Pic d’Iparla

 En début d'après-midi, la chaleur est palpable et le soleil brille intensément, assez inhabituel pour la saison. Notre prochaine étape est le massif montagneux situé au sud-ouest de Bidarray, avec comme point culminant le pic d'Iparla à 1,044 mètres d'altitude. Bien que la montée soit abrupte, elle nous procure un certain soulagement. C'est une véritable bouffée d'air frais que de s'engager sur ce sentier, qui, tout en étant pentu, sollicite des groupes musculaires différents et s'avère moins éprouvant pour nos pieds endoloris.

 

0165
"chemin aride et sec..."


0162
"il n'est pas bien!"
0163
"lui non plus!"

 

0165
"chemin aride et sec..."

0171
"le petit point carte qui va bien"

0170
"vue de la vallée de Bidarray"

0179
"Un des plus beaux paysages de cette étape!"

Du Pic d'Iparla au Col de Buztanzelhay : Les Crêtes d’Iparla

S'étendant sur environ quatre kilomètres, ce massif impressionne par ses crêtes vertigineuses qui s'élèvent à plusieurs centaines de mètres. Le sentier GR10, que nous empruntons, serpente à travers une suite de pics et de cols tels que le Pic d'Iparla à 1,044 mètres, le Col de Gapelu à 945 mètres, ou encore le Pic de Buztanzelhay à 1,029 mètres pour finir au Col de Buztanzelhay à 843 mètres.

Ce segment, connu sous le nom des Crêtes d'Iparla, offre un paysage à couper le souffle, majestueux et grandiose. Il constitue sans doute la section la plus somptueuse et impressionnante de notre traversée du Pays Basque à ce jour. Heureusement pour nous, le temps est clair et dégagé, amplifiant la beauté des lieux. Toutefois, la fatigue commence à peser lourdement sur nos épaules. Conscients que l'épuisement peut mener à un relâchement de l'attention et augmenter le risque de chute, nous redoublons de vigilance, notamment lors de la descente du dernier pic.
 

0181 0176    

Du Col de Buztanzelay au Bivouac du "vent"

Épuisés mais déterminés, nous trouvons un espace légèrement plat situé à environ 100 mètres en dessous du Col de Buztanzelay. Malgré son caractère peu accueillant, cet endroit est doté d'un filet d'eau courante qui suffira pour nos besoins. Étant donné l'heure avancée et notre épuisement manifeste, nous n'avons d'autre choix que de nous satisfaire de ce lieu pour notre bivouac de la nuit. À l'image de la journée précédente, les dernières montées ont été particulièrement éprouvantes. Nos pas deviennent plus lents, plus lourds. La conversation se fait plus rare; nous nous concentrons pleinement sur la gestion de l'effort, cherchant à éviter tout essoufflement inutile.

Bien que ce bivouac ne soit pas idéal, l'acceptation de la situation et une sorte de fierté nous envahissent. Nous sommes certes épuisés, mais également fiers des obstacles que nous avons surmontés tout au long de cette journée ardue. Il y a une sorte de bonheur discret à être là, à ce moment précis de notre vie, éprouvant à la fois les limites de notre endurance et la grandeur de notre esprit d'aventure. Ce bivouac, même s'il n'est pas parfait, symbolise la récompense de notre persévérance.

0197
"fait pas bien chaud dans le coin"

       

 

Publicité
Publicité
Commentaires
S
Je fais moi aussi le GR 10 avec ma meillure amie par tronçons de 8 jours chaque année.<br /> <br /> Je voudrais faire un livre photos de notre GR10<br /> <br /> J'aime beaucoup tes cartes graphiques avec un paysage en fond. Où les as-tu eu? Je suis bien intéressée pour les mettre sur notre livre<br /> <br /> Merci d'avance
GR10.fr - La grande traversée des Pyrénées
Publicité
Publicité